Visiteurs: 13686
Aujourd'hui: 1
Se connecter



S'inscrire
Mot de passe oublié

 
Actualité spatiale
  • Outils
 
Toulouse accueille le congrès mondial des astronautes



Lire l'article du "magazine d'information d'octobre 2017", de la Mairie de Toulouse.



LANCEMENT ARIANESPACE VA229 : EUTELSAT 65 West A
(communiqué Arianespace)

ARIANESPACE ET EUTELSAT, PARTENAIRES HISTORIQUES
Arianespace accompagne Eutelsat depuis 1983, année de la mise en orbite d’Eutelsat-1 F1.
Eutelsat est l'un des tout premiers opérateurs mondiaux de satellites de télécommunications. Avec une flotte de 40 satellites, Eutelsat commercialise de la capacité auprès d’un portefeuille de clients constitué de télédiffuseurs, d’associations de télédiffusion, d’opérateurs de bouquets de télévision, de fournisseurs de services vidéo, de données et d’accès Internet, d’entreprises et d’administrations.
Avec le lancement d’EUTELSAT 65 West A, c’est plus de la moitié des satellites de l’opérateur EUTELSAT qui a été lancée par Arianespace. Trois autres satellites d’Eutelsat seront lancés par Ariane 5, faisant de cet opérateur l’un des clients les plus importants d’Arianespace.

UN LANCEMENT AU SERVICE DES AMERIQUES
EUTELSAT 65 West A est un satellite tri-bande qui couvrira l’Amérique latine et le Brésil.
Sa couverture en bande Ku portera la croissance de la télévision à destination des foyers équipés de paraboles pour la réception de chaînes numériques et en HD ; elle facilitera la connectivité des entreprises en Amérique centrale, dans les Caraïbes, dans la région andine et au Brésil.
Sa large couverture transatlantique en bande C est conçue pour assurer des liaisons de contribution et des services de distribution vidéo.
Enfin, sa charge utile multifaisceaux en bande Ka permettra de développer les services d’accès Internet à travers l’Amérique latine, et notamment au Brésil.
En 2016, 1/3 des satellites géostationnaires lancés par Arianespace aura pour mission de desservir les Amériques, région où la perspective des Jeux Olympiques de Rio constitue un facteur significatif de croissance.

OBJECTIF OPERATIONNEL 2016 PORTÉ À 12 LANCEMENTS

En réalisant une deuxième Ariane dès le 9 mars, Arianespace est bien positionnée pour atteindre son objectif de réaliser jusqu’à 8 lancements d’Ariane 5 en 2016 : en plus des 2 lancements simples déjà effectués (Intelsat 29e et EUTELSAT 65 West A), 5 lancements doubles et une Ariane 5 ES pour Galileo (avec 4 satellites) sont ainsi programmés.

Deux missions du lanceur moyen Soyuz et deux du lanceur léger Vega devraient compléter cette année opéra-tionnelle, pour un total porté à 12 lancements. Compte tenu de la disponibilité confirmée des satellites construits par OHB, la Commission Européenne a en effet décidé d’accélérer le déploiement de la constellation Galileo en ajoutant un lancement avec Soyuz en mai 2016.
Quelques instants après l’annonce de l’injection en orbite d’EUTELSAT 65 West A, Stéphane Israël, Président Directeur Général d’Arianespace, a déclaré : «Ce soir, Arianespace vient de lancer son 525e satellite. Nous sommes heureux et fiers de l’avoir fait en présence de M. Thierry Mandon, Secrétaire d’Etat en charge de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, pour le compte d’Eutelsat, opérateur européen avec lequel nous sommes partenaires depuis le début des années 1980. Je tiens à remercier Eutelsat pour sa confiance renouvelée, et tout particulièrement Michel de Rosen au moment où il quitte la direction opérationnelle de l’entreprise, désormais confiée à Rodolphe Belmer.
Je me réjouis également de voir qu’Ariane 5 poursuit son palmarès éclatant avec une 71e réussite consécutive. Je félicite les équipes industrielles en charge de la production d’Ariane 5 sous la conduite de notre Prime, Airbus Safran Launchers. Je remercie également l’ESA, maître d’ouvrage du programme Ariane, notre partenaire du CNES-CSG et les salariés de la base spatiale, toujours à nos côtés pour de nouveaux succès. Bravo enfin à l’ensemble des équipes d’Arianespace, mobilisées en 2016 pour un nouveau record opérationnel. »



Le programme SYMPHONIE

Lire l'article de André Cuisin.



Conference "Polar Pod"

L’objectif est d’effectuer un tour du monde dans l’océan le plus inhospitalier de la planète, l’océan Austral. Pour ceci JL. Etienne et son équipe se sont inspirés de la plateforme de la Navy, le FLIP, pour proposer un navire vertical, dont la stabilité est assurée par des lests plongés dans les masses d’eau profondes. D’une hauteur totale de 120m, dont 20 au-dessus de la surface, le Polar Pod disposera des outils de mesures les plus performants. La dérive complète autour du continent Antarctique est prévue pour durer de 2 à 3 ans durant lesquels des scientifiques vont se relayer à bord. Ils effectueront un ensemble inédit de mesures en toutes saisons qui permettront de caractériser cette région extrêmement riche en biodiversité et principal puits de carbone de la planète. Le Polar Pod est une plateforme scientifique énergétiquement autonome, zéro émission, conçue pour être stable face aux courants et pour dériver sans propulsion externe.

PolarPod se veut une aventure humaine, scientifique et technologique hors‐norme, digne de Jules Verne, pour l’exploration de l’immense océan Austral qui représente l’une des dernières frontières de la planète !

Le CNES a suivi Jean Louis Etienne lors de ses précédents défis : en été 2002 pour la mission Banquise lorsqu’il dérive en solitaire sur la banquise de l’océan glacial arctique à bord du Polar Observer, puis de nouveau en avril 2010 pour l’expédition Arctic observer lorsqu’il effectue le survol en ballon de l’océan arctique. Le CNES s’intéresse aujourd’hui au nouveau défi de JLE pour, en particulier, la collecte de mesures in situ dans l’immensité de l’océan austral. Ces mesures, vérités terrains indispensables à toutes observations satellites, permettront la validation des estimations des courants, de la couleur de l’eau, des vents, de la hauteur des vagues et de la salinité… Elles seront ainsi un complément tout particulier au programme CNES CFOSAT (coopération Franco-Chinoise) dédié à la mesure des vagues et du vent, le satellite devant être lancé en 2018 comme le PolarPod. Elles seront également un élément de préparation du programme SWOT (coopération France USA) dédié à la mesure haute résolution de la circulation océanique. Toutes ces mesures sont attendues par la communauté scientifique mais aussi par les agences travaillant sur la sécurité en mer et le routage des navires. De plus, Jean louis Etienne qui s’est toujours beaucoup investi auprès du public et des scolaires, envisage pour cette nouvelle aventure, un projet pédagogique international.



Arianespace : la référence du transport spatial
Avec Ariane 5, Soyuz et Vega au Centre Spatial Guyanais, Arianespace est le seul opérateur au monde à lancer toutes les charges utiles vers toutes les orbites, des plus petits aux plus grands satellites géostationnaires, des grappes de satellites pour les constellations à la desserte de la Station Spatiale Internationale (ISS). Arianespace et son offre de service de lancement restent pour tous les opérateurs du secteur spatial, la référence et le garant d’un accès indépendant à l’espace.

Quelques instants après l’annonce de l’injection en orbite des quatre satellites O3b, Stéphane Israël, Président Directeur Général d’Arianespace a déclaré : « Nous sommes très fiers de participer à ce formidable projet qui réduira la fracture numérique en fournissant un accès Internet à haut débit aux populations des régions équatoriales. Merci à O3b, client clef pour Arianespace, pour sa confiance renouvelée dans cette deuxième étape du déploiement de sa constellation, qui transforme une vision révolutionnaire en une réalité concrète. Bravo à Thales Alenia Space pour la disponibilité des satellites et à nos partenaires russes pour la fiabilité inégalée du lanceur Soyuz. Merci aux industriels sol, au CNES/CSG et à tous les salariés de la base spatiale pour leur mobilisation pour ce 5ème lancement réussi de l’année. Merci aux équipes d’Arianespace pour ce nouveau succès. Plus que jamais, Arianespace s’impose comme le leader du transport spatial dans le cadre d’une année exceptionnelle.»



haut de page
 
Cette page a été consultée 3794 fois